Match

Image de prévisualisation YouTube

Match

Texte de Thomas Bernhard (édit. De L’Arche)
Création au Théâtre Prospero le 9 avril 2002
En reprise au Festival Vue sur la Relève (édition 2003)

La bêtise ordinaire mise à nu, celle qui se mitonne à l’abri des regards, dans la quiétude de nos cages domestiques. Celle qui se nourrit quotidiennement, à grandes louches ou à petites cuillerées, de toute la laideur bouillonnant dans le noir chaudron médiatique.

  • Interprètes : Sasha DOMINIQUE et Luc VINCENT
  • Collaboration spéciale : Marco FORTIN et Raymond MEDZA
  • Dispositif scénique : Claude CHABOT
  • Lumières : Sophie PARDO
  • Bande-son : Jean-Marie PAPAPIETRO
  • Scénographie et mise en scène : Jean-Marie PAPAPIETRO

La pièce Match fait partie d’une série de « Dramuscules », selon l’expression de l’auteur, éminemment satiriques. Elle met aux prises deux personnages : Kroll, un agent de police, et sa femme Maria. …

… Toute l’action se déroule dans le huis clos d’un appartement, entre cuisine et chambre à coucher. La soirée est bien avancée. Kroll est encore devant son poste de télévision en train de regarder un match de football et les clameurs du stade envahissent tout l’espace. Recluse dans sa cuisine, Maria est impatiente de rejoindre le lit conjugal. A la fin, au moment où le public explose dans un cri d’allégresse, elle s’approche de son mari, l’enlace et l’attire contre elle sur le lit.


Extraits de la revue de presse : « Chapeau bas à cette petite compagnie de théâtre qui a l’audace de solliciter les grands textes, la modestie d’écouter ce qu’ils ont à dire et le talent de le transmettre aux spectateurs. » Solange Lévesque, Le Devoir, 17 avril 2002

« Dans cette mise en scène chacune des phrases de Maria est ponctuée d’un silence pesant comme une chute dans le vide. Le pari est fructueux : ce que l’on perd en vertige, on le gagne en clarté. (…) En contrepoint, deux brefs dialogues vitrioliques sur le théâtre et l’Autriche aèrent de façon étonnante la lourdeur du climat. » Anne-Marie Cloutier, La Presse, 12 avril 2002

Crédit photo : Annick Charbonneau